Le Nord 2501 "Noratlas"

Armée de l'Air




Histoire


Au sortir de la 2ème GM, l'Armée de l'Air utilisait un parc d'appareils de transport assez hétéroclite et finalement peu adaptés au transport de matériel. Plusieurs projets virent le jour dont le NC.211 Cormoran, quadrimoteur pouvant transporter une charge marchande maximum de 13 tonnes sur 1 000 km, mais il fut abandonné en 1950.
Parallèlement, en 1947, la Direction Technique Industrielle émit un cahier des charges pour l'étude d'un avion de moyen tonnage et de conception nouvelle permettant une grande souplesse d'utilisation. La Société Nationale de Construction Aéronautique du Nord avec le Nord 2500 et Breguet avec BR-891R Mars y répondirent. En même temps la SNCASO proposait le SO-30C.
A la SNCAN, l'ingénieur Jean Calvy proposa une formule d'avion à ailes hautes, à fuselage central ouvrant vers l'arrière et à deux poutres supportant les empennages, bimoteur équipé de Gnôme-et-Rhône 14R de 1 600 cv de puissance au décollage, entrainant des hélices tripales à pas variable.
La DTI commanda à la SNCAN deux prototypes le 27 avril 1948. Le premier fut construit dans l'usine d'Issy-les-Moulineaux. Démonté, l'appareil prit la route pour Melun-Villaroche où il fut remonté et contrôlé, et effectua son premier vol le 10 septembre 1949, piloté par Claude Chautemps assisté de Georges Détré.
Il fut décidé d'équiper le deuxième prototype avec des moteurs Anglais Bristol Hercules type 739, de 2040 cv au décollage, faisant tourner une hélice quadripale Rotol. Il prit alors la désignation Nord 2501. Cet appareil s'écrasa le 6 juillet 1952 à Lyon-Bron, tuant ses cinq occupants dont la célèbre aviatrice *Maryse Bastié.
Le choix final se porta sur le N.2501. La première commande de série fut notifiée le 10 juillet 1951 et le premier avion de série vola le 24 novembre 1952 piloté par Georges Détré. Ce n'est qu'au début de 1953 que le Nord 2501 fut officiellement baptisé Noratlas.



Caractéristiques Techniques

Nord 2501-Noratlas

Moteur : Deux SNECMA Hercules de 2068 ch
Années de production : 1953-1961
Production totale : 254 en France, 161 en Allemagne

Performance

Vitesse maximale 406 km/h
Vitesse de croisière 315 km/h
Distance franchissable : 2 450 km (4 000 avec réservoirs en soute)

Poids

Masse à vide : 13 075 kg
Masse max. au décollage : 22 000 kg

Dimensions

Envergure : 32,50 m
Surface alaire : 101.2 m2
Longueur 21,96 m
Masse à vide équipé : 12 362 kg
Masse totale : 21 700 kg (usage normal).



Dernier nord atlas volant en France, reportage photos de Michel Eloy ex pilote helico air, présentés par "Dalma6".












Variantes

Principales versions et variantes

  • Nord 2500 : Moteur 14 R, un prototype
  • Nord 2501 : version militaire française, deux prototypes, trois avions de présérie, 208 exemplaires de série
  • Nord 2501 A : deux exemplaires dotés d'aménagements civils pour la compagnie UAT, qui seront ensuite modifiés en N 2502.
  • Nord 2501 D : version militaire allemande, 186 exemplaires
  • Nord 2501 IS : six exemplaires construits pour Israël.
  • Nord 2501 RNR : six exemplaires Radio Navigation Radar de l'armée de l'Air, destinés à la formation des navigants. Avions reconnaissables au radôme cylindrique sur leur nez.
  • Nord 2501 SNB : cinq exemplaires Système de navigation et de bombardement de l'armée de l'Air, destinés à la formation des navigants
  • Nord 2501 Gabriel : huit exemplaires de l'armée de l'Air aménagés pour la reconnaissance électronique.
  • Nord 2501 Calibration : trois exemplaires de l'armée de l'Air destinés à la calibration des équipements.
  • Nord 2501 VAP et VIP : cinq exemplaires de l'armée de l'Air modifiés provisoirement pour le transport de personnalités.
  • Nord 2501 PC volant : divers avions de l'armée de l'Air aménagés en poste de commandement.
  • Nord 2502 A : version munie de deux turboréacteurs d'appoint Turboméca Marboré II de 400 kg de poussée. Sept exemplaires pour la compagnie UAT, aménageables avec 45 fauteuils. La masse maximale au décollage fut portée à 23 tonnes en 1958.
  • Nord 2502 B : trois exemplaires pour la compagnie Air Algérie
  • Nord 2502 C : un exemplaire destiné à une compagnie indienne qui ne l'acheta pas et qui fut cédé au Centre d'Essai en Vol
  • Nord 2502 F : six exemplaires construits pour la Force aérienne portugaise
  • Nord 2502 VTOL : projet non suivi d'une version à décollage vertical, munie de réacteurs de sustentation en nacelles sous la voilure.
  • Nord 2503 : variante du 2501 à moteur Pratt & Whitney de 2500 ch. Un exemplaire modifié en 2508.
  • Nord 2504 : variante du N 2502 ; un exemplaire pour la Marine nationale française, renforcé et modifié pour les essais de toute sorte de matériel. Fut exploité de 1959 à 1987.
  • Nord 2505 : version de lutte anti-sous-marine qui ne fut pas construite
  • Nord 2506 : un prototype militaire dérivé du N 2502, muni d'un train d'atterrissage qui pouvait être abaissé pour amener l'arrière de la soute à hauteur du sol.
  • Nord 2507 : version de secours et de recherche à grande autonomie. Ne fut pas construite
  • Nord 2508 : deux prototypes à moteur Pratt & Whitney R2800 de 2500 ch et deux turboréacteurs d'appoint Turboméca Marboré II ; ils furent ramenés au standard 2501.
  • Nord 2520 : projet d'une version de transport allongée pour 60 passagers.

Maryse Bastié



Un hommage a été rendu au matin du mercredi 6 juillet 2005 sur l'ensemble des bases aériennes françaises pour commémorer la mémoire de Maryse Bastié. Née en 1898, elle obtient son brevet de pilote à 27 ans, déjà décidée à se faire un nom dans l'aviation. Elle bat plusieurs records en tant qu'aviatrice civile, avant de s'engager dans l'armée de l'air en 1939. Elle rejoint la Résistance au sein du réseau " Darius " dès septembre 1940, et bien qu'ayant été arrêtée par la Gestapo en 1944 elle reste active pendant toute la guerre. Elle poursuit le combat une fois la France libérée en rejoignant les forces du général De Gaulle. Elle reste dans l'armée de l'air jusqu'en 1951. Elle trouve la mort le 6 juillet 1952 dans l'accident du prototype du Nord 2501 lors d'un meeting aérien organisé à Lyon-Bron.

La promotion 2004 de l'école militaire de l'air a pris pour nom de baptême celui du capitaine Maryse Bastié le 1er juillet dernier à Salon-de-Provence.